Categories
Designers

« Gio PONTI », un maître du design

Lorsque vous venez nous rencontrez à La Quincaillerie, vous venez certes pour choisir vos poignées de portes notamment, mais pas seulement. En effet, que seraient ces poignées de portes sans le travail des designers, les réflexions sur les formes, l’esthétisme, les proportions, l’ergonomie, les finitions… C’est ce travail de réflexion et de création qui nous
permet de vous proposer des poignées de porte non seulement fonctionnelle mais également iconiques.

Il en va ainsi des créations de Gio Ponti qui a notamment participé à la création de plusieurs objets destinés à l’équipement des portes. Ceux-ci connaissent un succès important. Mais qui est Gio Ponti ? Quelle est son histoire ?

Giovanni Ponti dit “Gio” Ponti est un designer et architecte italien de renom, parmi les plus influents du XXe siècle. de nombreuses créations d’art décoratif, de design et de mobilier portent son nom. Il signe également plus d’une centaine de constructions dans le monde
entier. Né en 1891 à Milan, Gio Ponti a participé à l’avènement international du design et de l’architecture, et ce jusqu’à son décès en 1979.

Le travail de Gio Ponti : entre design et architecture

Le parcours de Gio Ponti débute par des études d’architecture à l’Ecole Polytechnique de Milan, études qui seront interrompues par le début de la Première Guerre mondiale.
Finalement diplômé en 1921, Gio ouvre un cabinet d’architecture avec deux de ses confrères (Emilio Lancie et Mino Fiocchi) et inscrit aussitôt sa pratique dans la décoration d’intérieurs.
Il se penche d’abord plus particulièrement sur les céramiques et se trouve vite nommé directeur artistique de Richard Ginori, célèbre entreprise de porcelaine.

Grâce à l’arrivée de Gio dans le pôle artistique, l’entreprise prend un nouveau tournant artistique grâce à des inspirations traditionnelles revisitées. En 1925, c’est la consécration pour Gio Ponti. En effet, à peine quatre ans après le début de son parcours dans le milieu du design, il remporte le grand prix de la céramique à l’exposition internationale des Arts Décoratifs. Gio rencontre à cette occasion Tony Bouilhet, l’héritier de la maison d’orfèvrerie française, Christofle : nourris par un partage de cultures, ils signeront de nombreuses créations en duo.

Il collaborera, par la suite, avec les verriers Venini et Fontana et fondera une de leurs filiales de luminaires ; Fontana Arte. Puis, il dessinera une collection de mobilier pour le magasin La Rinascente à Milan. Meubles, luminaires, sanitaires, textiles et céramiques ; Gio Ponti touchera à tout.

Grand militant, Gio Ponti défend l’artisanat italien mais prône également la nécessité de se rapprocher de l’industrie mondiale. Pour ce faire, il fonde la revue Domus en 1928 dans l’idée de mettre en lumière la pointe du design et de l’architecture de l’époque tout en soutenant créateurs et créations italiennes. Devenue rapidement référence mondiale, Domus permet à l’Europe de découvrir les créations de nombreux artistes ; Le Corbusier, Eames… Il créera ensuite La Triennale de Milan, institution culturelle italienne, lui permettant de valoriser d’autant plus les créateurs italiens. Les années 30 pour Gio Ponti seront principalement marquées par la construction et l’architecture, notamment au sein de Milan. Il arrêtera son activité commerciale durant la Seconde Guerre mondiale et sera par la suite grand acteur du renouveau du design italien à l’après-guerre. Il construira notamment la Tour Pirelli, une de ses œuvres les plus connues, en collaboration avec l’ingénieur Pier Luigi Nervi. Par ailleurs, il fut enseignant à l’école Polytechnique de Milan, lieu où il avait étudié, et forma plusieurs générations de créateurs.

Tour Pirelli à Milan

Dans le domaine du design et du mobilier, Gio s’attache à concilier pratique et esthétique.
Ses créations les plus connues sont sa machine à expresso Cornuta avec La Pavoni et sa machine à coudre Visetta pour Visa. Il conceptualisera, par ailleurs, des textiles, des sanitaires, des couverts, des luminaires, des meubles et enfin des poignées de porte.

Les poignées de portes de Gio Ponti : sa collaboration avec Olivari

Gio Ponti collabore dès 1956 avec Olivari, entreprise italienne de fabrication de poignées et accessoires de portes. Fondée en 1911, l’entreprise Olivari fabrique des poignées et accessoires de portes dans son usine implantée en Italie à proximité de Milan. Ils sont reconnus pour la qualité des produits proposés ainsi que l’inventivité quant aux designs.

A cette fin, la société Olivari fait appel à des nombreux designers, plus renommés ou inventifs les uns que les autres. On pourrait ainsi citer Sergio Asti, Joe Colombo, Gior-getto Giugiaro, Ferdinand A. Porsche, Rodolfo Bonetto et Giotto Stoppino. Paolo Portoghesi, Oscar Tusquets, Vico Magistretti, Andrea Branzi, et Massimo Iosa Ghini etc…Au cours de sa collaboration avec la société Olivari, Gio Ponti créera notamment la poignée de porte dite « Lama ». Cette poignée de porte est l’un des objets les plus recherchés par nos clients amateurs de design et d’histoire. Elle tire son nom de sa forme de lame (traduction du terme « lama » en italien).
Ce modèle a su traverser les années sans perdre de son esthétisme qui fait le plus souvent l’unanimité.
Actuellement la poignée dite Lama peut se décliner :

  • En version classique ou longue (dite Lama L), avec rosace fine ou standard selon le modèle
  • En de nombreuses finitions : chrome mat ou brillant, nickel, or brossé, or mat,
    bronze, anthracite 
  • Une gamme de poignées de fenêtres assorties existe.

Les équipes se feront un plaisir de vous partager l’histoire de ces poignées lors de votre venue en boutique.